Mercredi écriture – Le syndrome de l’imposteur

«Je suis nulle, je n’y arriverais pas, je ne sais même pas pourquoi j’essaie. Je ne vaux rien!»

«Je ne suis pas légitime en tant qu’auteur(e), j’écris sans méthode, je ne mérite pas de me qualifier d’écrivain(e)…»

«Un jour, quelqu’un chez mon éditeur va se réveiller et me dire que c’était une erreur, que ce n’était pas mon roman qu’ils voulaient, mais celui juste en dessous dans la pile.»

«Ce roman, c’était complètement un accident. Jamais je ne serai capable de recommencer cet exploit.»

***

Si toi aussi, tu as déjà pensé l’une de ces phrases (ou toutes ces phrases) (ou toute variante de ces phrases), alors comme moi, tu souffres du syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur, c’est ce sentiment que tu ressens quand tu as accompli quelque chose (au hasard… quand tu as écrit un roman, par exemple), mais que tu es convaincu que c’était juste un accident, un heureux hasard, parce que tu n’as pas réellement ce talent et ces compétences que les autres te prêtent. C’est ce sentiment qui te fait penser qu’un jour, quelqu’un va voir au travers de toi, réaliser que tu n’as pas ta place parmi les auteurs (ou quel que soit le milieu dans lequel tu évolues et dans lequel tu ne te sens pas légitime), que tu n’es qu’un imposteur. Que ce n’est vraiment qu’une question de temps avant que tu sois démasqué.

Rassure-toi, cher lecteur, c’est un phénomène répandu, et tu es loin d’être le seul à souffrir de ce syndrome. Une grande partie de la population – dont, par exemple, des auteurs célèbres et reconnus, dont tu lis les romans avec le regard brillant en te disant « un jour, quand je serai grand, j’aimerais bien avoir autant de talent ! » – souffre de ce syndrome, d’une manière plus ou moins importante.

 

Un jour, sur un groupe américain consacré à la romance, je discutais avec une auteure invitée à l’occasion de la sortie de son nouveau roman. Dans le cadre de la discussion, elle nous demandait de partager notre plus grande réalisation. Alors j’ai parlé de mes romans, expliquant que le manque de confiance en moi était souvent difficile à surmonter, parfois même réellement handicapant, que la petite voix qui me répète tous les matins que je ne vaux rien était si forte, certains jours, que je n’arrivais pas à en faire fi. Mais que malgré tout, j’étais fière d’avoir réussi à les publier, ces romans, même si je n’étais pas sûre de vraiment mériter tout ce qui m’arrivait. Vois-tu, cher lecteur, cette auteure m’a fait la plus étonnante des réponses. Elle m’a répondu que c’était pareil pour elle (gasp!), qu’elle aussi devait gérer cette pénible petite voix qui ne voulait jamais se taire (double gasp!), et qu’elle aussi, parfois, était convaincue de ne pas avoir de talent (triple gasp!). Mais elle a ajouté ensuite qu’il ne fallait pas l’écouter, cette petite voix. Qu’elle ne devait pas son mot à dire dans nos projets, et qu’il fallait poursuivre, malgré elle, malgré tout. Qu’il fallait écrire, sans se décourager. Jamais.

Je ne vous cache pas que j’étais vraiment très surprise de sa réponse. Comment était-ce possible que cette formidable auteure, qui avait de très nombreux romans à son actif, des romans qui se vendent par millions et qui sont diablement bons (je le sais, je les ai lus !), souffre du même syndrome de l’imposteur que moi, qui ne suis personne ? Comment pouvait-elle, elle, douter de sa légitimité en tant que romancière ?

La réponse est simple : c’est tout simplement parce que peu importe la notoriété, peu importe l’expérience, peu importe le nombre de fois que le monde extérieur nous dit et nous répète qu’on a du talent – et peu importe toutes les preuves que l’on peut recevoir de notre légitimité, de notre talent  -, nous sommes toujours et systématiquement notre premier critique – et, le plus souvent, un critique à charge, impitoyable et sans merci. Du moins, c’est le cas pour moi. La pression que je me mets sur les épaules est un million de fois plus élevée que celle que le monde extérieur m’impose – au point que je ne me sens jamais à la hauteur, ni des attentes des gens ni (encore moins même) des objectifs que je me suis fixés.

En gros, je m’attends à échouer et à décevoir mon entourage. À chaque. Maudite. Fois.

 

J’ai longtemps réfléchi à cette problématique, pour trouver une solution. Je ne veux plus qu’elle me bloque, je ne veux plus passer ma vie à penser que je ne vaux rien. C’est destructeur, ça me fait souffrir inutilement, et en plus, ça me fait perdre beaucoup trop d’énergie. Une énergie que je pourrais utiliser à meilleur escient. Pour écrire, par exemple, au lieu de regarder une page blanche en me disant que vraiment, je ne mérite pas mon titre d’auteur, vu que je suis incapable de rédiger deux paragraphes sans les réécrire un milliard de fois – et de changer d’avis à chaque fois.

Mais comment la faire taire, cette satanée petite voix ?

Et puis, un jour, j’ai compris.

Ce n’était pas de la faire taire dont j’avais besoin, mais plutôt d’apprendre à vivre avec. À l’accepter. À l’utiliser comme un tremplin pour me propulser vers l’avant, pour me dépasser – mais sans jamais la laisser me prendre à la gorge, et m’étouffer complètement, comme ça arrive parfois (souvent).

S’il y a une chose que j’ai compris, ces dernières années, c’est qu’il ne sert à rien de vouloir se débarrasser de ce qui nous constitue, de ce qui fait que nous sommes qui nous sommes, en tant que personne, et en tant qu’artiste. Il faut accepter le bon, comme le mauvais, et travailler avec ce qu’on est, plutôt que de chercher à devenir ce qu’on est pas. Ce qui veut dire, dans mon cas, par exemple, accepter la muse, les illuminations au milieu de la nuit ou dans la douche, les papillons dans le ventre quand j’écris quelque chose qui me plaît… mais aussi le manque de méthode, l’incapacité de faire un plan, les doutes, le découragement chronique – et le syndrome de l’imposteur.

Parce qu’ils font partie de moi, que je le veuille ou non.

Bien entendu, accepter cette voix est loin, très loin, d’être une sinécure. Après tout, si tout était simple dans la vie, ça se saurait. Et certains jours, quand je me sens plus fragile, plus perméable aux pensées négatives, parce que le chapitre que je suis en train d’écrire me pose des difficultés (le cas le plus fréquent), parce que j’ai lu une mauvaise critique sur Internet (dur), ou encore parce que je réalise que mes efforts ont du mal à payer, que je tourne en rond sans avoir l’impression d’évoluer, faute de temps, faute d’écrire assez vite (cas assez fréquent aussi), ça me semble même carrément impossible, je ne vais pas mentir. Parce que le syndrome de l’imposteur est sournois, il s’engouffre dans toutes les brèches qui se présentent et profite de chaque instant de faiblesse pour venir ficher le boxon dans ma tête. Mais vous savez quoi ? C’est pas grave, en réalité. Parce que ce qu’il faut comprendre, c’est que comme tout, c’est un état provisoire, qu’il faut laisser passer. On ne se sent pas perpétuellement un imposteur. Ça fonctionne comme l’angoisse : par crises, plus ou moins aiguës, plus ou moins longues, mais toujours, toujours temporaires. Alors, quand ça arrive, je m’efforce de laisser faire, d’accepter que la petite voix tannante soit plus présente que les autres jours. Et je m’efforce de l’aborder (de m’aborder, même) avec indulgence – parce que, si le fouet, ça fonctionnait, ça aussi, ça se saurait. J’essaie d’accepter que je ne suis pas parfaite (mais qui l’est ?), d’accepter que je fonctionne d’une manière qui n’est, certes, pas orthodoxe, et peut-être (sûrement) trop brouillon et chronophage pour être réellement efficace – mais cela ne fait pas de moi une personne moins légitime pour autant. Je me répète que le syndrome de l’imposteur ne me définit pas, mais les romans qui trônent dans ma bibliothèque et leurs traductions, si. Je me répète qu’il n’est que la manifestation d’un doute, et que le doute est naturel, humain, que c’est lui qui nous pousse à devenir toujours meilleurs, à ne pas se contenter du moins mauvais, mais d’aller chercher jusqu’au plus profond de nous ce que nous avons de meilleur.

Mais surtout, quand ça arrive, je continue à écrire. Même si c’est mauvais, même les mots sortent difficilement, j’écris. On peut tout corriger, sauf ce qui n’existe pas, c’est mon crédo. Alors j’écris, et j’écris encore. Et puis, au bout d’un moment, les mots, mes mots, finissent par faire la petite voix et me prouver, à eux tous seuls, que oui, je suis légitime. Que oui, je mérite tout ce qui m’arrive de bien, parce que je travaille suffisamment fort pour ça.

Et que oui, j’ai tout à fait ma place aux côtés des auteurs que j’admire.

Et ça, ça fait du bien. Vraiment du bien.

 (la fameuse pile qui me prouve ma légitimité, en cas de doute…)

 

Bien entendu, cette technique m’est toute personnelle, et elle peut ne pas fonctionner pour d’autres personnes, d’autres personnalités. On ne réagit pas tous aux mêmes stimuli, et l’élément déclencheur de l’un n’est pas le même que celui de l’autre. Alors si vous avez d’autres techniques, d’autres astuces pour gérer le syndrome de l’imposteur, ou l’exploiter pour vous aider, j’aimerais vraiment les connaître – n’hésitez pas à les partager en commentaire, ou à parler de votre relation avec “la petite voix”. Je mettrai à jour le billet en fonction de vos témoignages !

Sur ce… à très vite, chers lecteurs, pour d’autres réflexions sur l’écriture !

(Si vous avez des sujets que vous voudriez que nous abordions, n’hésitez pas !! J’envisage de faire des billets comme celui-ci régulièrement, si j’ai de la matière ! )

One thought on “Mercredi écriture – Le syndrome de l’imposteur

  1. On est toujours le modèle de quelqu’un… 😉 J’aime te lire, parce que ça me rassure! De me dire que tu traverses toutes ces difficultés et que tu as tout de même déjà trois romans à ton actif, ce qui est loin d’être rien… Ça veut dire que moi aussi, j’y parviendrai peut-être un jour! 🙂

    Pour ma part, je n’ai pas vraiment le syndrome de l’imposteur, parce qu’écrire est ma seule vocation; c’est ce qui m’a longtemps donné une raison d’être quand je ne me sentais pas le droit d’être en vie (j’ai ce syndrome en fait sur à peu près tout le reste! mais écrire, c’est mon refuge, ma rédemption). Cela dit, ça ne m’empêche pas de trouver ça dur, de me décourager, de me décevoir… et, comme toi, j’essaie tant bien que mal d’apprivoiser ces moments plutôt que de m’en vouloir encore plus. Écrire, c’est dur, et je rate souvent, mais c’est aussi ça qui fait sa valeur à mes yeux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *