2019 en quelques mots

Dans quelques heures, 2019 tirera sa révérence, et comme il est de coutume, l’heure du bilan a sonné. Ai-je rempli les objectifs que je m’étais fixés l’an dernier ? Et si non, en ai-je au moins réussi quelques-uns, pour sauver l’honneur, cette année au moins (il ne m’a pas échappé, en relisant mes billets des années précédentes, que je ne remplis jamais mes objectifs, même modestes, je ne suis pas sûre encore de ce que je dois en comprendre) ? L’année a-t-elle été un immense échec, une grande réussite ? Les deux à la fois ? Vite, faisons cesser ce suspense à couper le souffle !

L’an dernier, comme la personne raisonnable que je ne suis pourtant *jamais*, je m’étais fixé trois objectifs : écrire le roman que je venais de commencer et qui me tenait beaucoup à cœur (c’est toujours le cas, rassurez-vous), écrire le projet spécial dont je n’avais rien dit à personne (sauf celle avec qui je le partage, évidemment) et vivre (plus) sereinement.
Eh bien… voyons voir… j’en ai réussi un. Et fait avancer un deuxième… ce n’est pas si mal, non ?
**Celui que j’ai réussi : vivre plus sereinement. Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux l’auront probablement compris, j’ai touché le fond de la dépression et de l’anxiété cette année, l’une comme l’autre sont devenues ingérables. Mais il en est ressorti quelque chose de positif : cela m’a poussé à prendre le taureau par les cornes et à me donner un bon coup de pied au derrière pour remonter. Et *j’ai* remonté. Par la force de ma volonté, avec l’aide de personnes précieuses, j’ai remonté la pente et si je ne suis pas devenue zen au quotidien (loin de là), j’ai appris à vivre plus sereinement, à faire de meilleurs choix, à prendre soin de moi avant tout. La méditation, notamment, m’a beaucoup aidée en ce sens.
**Celui que j’ai fait avancer : le roman qui me tient à cœur, nom de code HdmR. Il est loin d’être fini, car j’ai heurté un mur rendue presque à la fin du premier jet, et je n’ai pas encore trouvé comment le surmonter. Alors je l’ai mis de côté pour le moment, et quand le moment sera venu, je le reprendrai. Ce roman, comme je vous disais l’an dernier, est bien différent de ce que j’écris habituellement. Il est moins lumineux, plus douloureux aussi. Mais en même temps, il est très important pour moi. Je veux le terminer, mais je veux *bien* le terminer. Je veux que la fin soit à la hauteur des épreuves, à la hauteur des douleurs que mes personnages (et moi avec eux, on taira le nombre de boîtes de mouchoirs j’ai utilisé) ont enduré – et elles ont été nombreuses. Alors je prendrai le temps qu’il faudra, je le réécrirai autant qu’il faudra pour qu’il soit juste, et tel que je le voudrais. (Ça veut dire aussi que ce n’est pas demain que vous pourrez le lire, malheureusement)
**Celui auquel je n’ai pas touché : le projet spécial, nom de code Érables. La vie ne s’est pas déroulée exactement telle que j’avais prévu et je l’ai laissé de côté, mais je viens tout juste de me plonger dedans, j’ai écrit environ 4000 mots dessus en décembre, entre deux pages de Nico, et j’ai prévu d’y consacrer les premiers mois de l’année 2020. Je vous en reparlerai en temps opportun ! 😀 😀 😀

Alors, qu’ai-je fait de mon année, puisque je n’ai pas *vraiment* atteint mes objectifs ?
**J’ai finalisé Cher Père Noël, l’ai soumis à l’appel à texte de MxM et ensuite, j’ai fait de gros efforts pour oublier que je l’avais soumis – jusqu’à ce jour d’août où j’ai reçu la proposition de contrat… Cher Père Noël est apparu dans les librairies virtuelles le 30 octobre, en papier un mois plus tard, et à quelques exceptions près (on ne peut pas plaire à tout le monde, c’est la règle du jeu), semble vous avoir conquis(es)! Si vous saviez comme vos messages me comblent de joie à chaque fois ! Je suis profondément heureuse que ma petite sirène et son père Noël vous aient autant touché(e)s !!
**Mon éditrice chez Milady et moi avons finalisé l’histoire de Nico, enfin ! Cinq ans après avoir posé les premiers mots, l’histoire de Nicolas et de Pénélope voit enfin le jour! La publication est prévue pour le 22 janvier prochain, en numérique (et normalement, en POD également). J’ai vraiment hâte de vous faire découvrir Envers et contre nous (anciennement appelé Échec et mat) (et j’ai peur en même temps, mais ça aussi, c’est la règle du jeu…)!
**J’ai co-écrit Love Paris, avec Jo Ann et Suzanne. Le roman n’est pas encore tout à fait terminé, il nous reste la fin à écrire (comme vous le savez, la vie nous met parfois des bâtons dans les roues des projets qu’on fait), mais nous nous sommes amusées comme des petites folles à écrire ce roman à six mains, cet été !!! (et entre nous, on adore nos personnages, on adore nos histoires, on adore chacune ce que les deux autres ont écrit). Vous pouvez d’ailleurs en lire le début, jusqu’au 15 janvier, sur le site de Suzanne, dans la catégorie Calendrier de l’Avent, un petit cadeau, comme ça, pour Noël ! Et n’hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé ! On prend tous les retours et tous les commentaires !
**J’ai commencé, sur un coup de tête, un romantic suspense, une sorte d’hommage à mes romans préférés de Nora Roberts. J’en ai écrit environ 20 000 mots – et vu le tour qu’il prend, ça va encore être une brique, c’t’affaire-lâ…. ^^ . Il n’est pas dans les priorités de l’année, parce que, eh bien, il faut bien savoir être raisonnable quand même et je sais pertinemment que mes journées ne contiennent pas assez d’heures (ou trop d’heures de travail-qui-paie-les-factures?) pour faire tout ce qui se bouscule dans ma tête.
**Sans oublier HdmR, quand même, sur lequel j’ai passé plusieurs mois, et qui comptabilise à ce jour autour de 60 000 mots…
**Oh, et À SA RENCONTRE a vu le jour en version papier, exclusive au Québec (ainsi que dans quelques autres pays, et quelques autres langues, également)!
** Oh (bis repetita), j’ai failli oublier : Rendez-vous à Pigalle a disparu des sites de vente. Le contrat d’édition était arrivé à sa fin. Donc, ne le cherchez plus ! J’ai des projets pour lui, mais rien encore dont je puisse vous parler. Stay tuned !!!

Mine de, quand on regarde bien, je n’ai pas chômé ! Ça ne s’est pas vu de votre côté, mais du mien, ça fait un joli bilan quand même (c’est là que l’on voit la différence que cela fait de consacrer une petite heure chaque matin de semaine à écrire!)! Une constatation, cela dit : je me suis beaucoup éparpillée, et c’est pour cela que je n’ai finalement fini aucun manuscrit neuf cette année. Il va falloir que je trouve une manière de remédier à cela, si je veux aboutir à quelque chose ! C’est ça, les auteurs indisciplinés : enlevez-leur leurs deadlines et leurs obligations de rendre des comptes, et tout part à vau-l’eau!! In-te-na-bles, qu’ils sont… ^^

Passons aux objectifs de l’année 2020, à présent (si vous êtes encore là, pas encore partis, lassés par mon manque flagrant d’esprit de synthèse). Ils sont simples :
*Finir Love Paris avec Suzanne et Jo Ann
*Écrire Érables
*Écrire T&M, une suite-pas-suite de Rendez-vous à Pigalle (de préférence à temps pour Noël…)
*Écrire HdmR
*Surtout, et avant tout : rester zen. Parce que rien, absolument rien, ne vaut la paix de l’esprit. Croyez-moi là-dessus.

Comme Suzanne, j’ai vidé mon Elfin Book (offert par elle l’an dernier, vraiment méga pratique) pour repartir sur un carnet vide, prêt à accueillir 2020 et ses projets !

 

Et sinon, je profite de ce bilan pour reprendre, cette année encore, les paroles de Jacques Brel, les plus belles au monde…

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Bonne année 2020. Prenez soin de vous. Je vous aime.

One thought on “2019 en quelques mots

Répondre à Jo Ann Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *